RUE SAINT MALO à BREST RECOUVRANCE

Rue Saint Malo-plaque de rue

Mise en sécurité et préservation des ouvrages - Gros travaux - Aménagements - Rénovation - Etudes - Déboires ...

 

 

***

Plan relief de Brest 1811
Section C3 Pontaniou Capucins

 

***

 

 

 

Rue St Malo - Photo 1987

1985 Rue St Malo

Rue St Malo - Photo 1987

1985 Rue Saint Malo

 

***

 

Rue St Malo-Photo Erwan Corre 1990


Caro, Coco et Henri

 

Rue Saint Malo -Photo 1992

1991 rue St Malo

Rue Saint Malo -Photo 1992

1991 rue Saint Malo

Rue Saint Malo -Photo 1992

1991 rue St Malo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

Rue Saint Malo
Chantier lancé par la ville
Destruction du n°19 et n°21 rue St Malo
Photo 1994

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rue Saint Malo -Photo JM Baudry 1996

1996 Rue St Malo

 

 

Rue St Malo 1997

1998 Rue St Malo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rue St Malo 2003

 

 

Novembre 1990 - VIVRE LA RUE s'installe rue Saint Malo.

Ce bout de rue pavée, préempté petit à petit par la Ville de BREST depuis les années 60 a été progressivement vidé de ses habitants en vue de sa démolition programmée. La ville de Brest poursuit, depuis les bombardements de la seconde guerre mondiale, son programme de reconstruction moderne de la ville anéantie par les destructions de la guerre.

Les maisons des 100 mètres du bas de la rue, encaissé entre les hauts murs de l'arsenal militaire dans le vallon de Pontaniou, ont été entièrement saccégées et les jardins et cours suspendus à la colline à l'arrière des immeubles servent allégrement de dépotoir du quartier. Six toitures sur les treize bâtisses sont encore intactes, certaines se sont effondrées et d'autres en zinc ont été dérobées, pour les revendre probablement aux férailleurs.

Rue Saint Malo - Brest 1987 Rue Saint Malo-Photo 1991

De 1991 à 1993

Des centaines de tonnes d'ordures, de mobiliers, d'appareils électro-ménagers sont évacués par des volontaires mobilisés par l'association VIVRE LA RUE décidée à redonner vie à cette rue pavée pour en faire un lieu de création artistique ouvert à tou(te)s.

Dépotoir rue St Malo Brest 1990 Dépotoire rue Saint Malo en 1990

Dépotoire rue St Malo à Brest en 1990 Dépotoire rue St Malo à Brest en 1990 Dépotoire rue St Malo à Brest en 1990

Les arrières sont débarassés de gravats et coulées de boue qui camouflaient des terrasses, des escaliers, à l'arrière de toutes les maisons, ainsi que la venelle et les pavés à mi-hauteur des grands escaliers de la Madeleine en bas de la rue.

Le piquetage des enduits en ciment qui recouvraient et étouffaient les murs des maisons intérieurement laisse apparaitre d'anciennes ouvertures vers des pièces obstruées. Des objets anciens, enfouis dans la terre et les gravats, sont mis à jour (des serrures, des clés, des poignées de portes, des pièces anciennes, des bouts de vieux pistolets...).

En 1992, la maison n°9, doté de 2 pièces sur 2 niveaux (avec accès du rez-de-chaussée sur la rue et accès du 1er étage sur la venelle qui disposait alors de bacs de récupération d'eau de pluie, de 2 bacs de lavoir et toilettes à la turc) et d'un grenier aménageable est entièrement refaite, l'électricité et du mobilier y ont été installés. A peine opérationnelle, elle subit un incendie volontaire qui détruira jusqu'à la toiture d'ardoises.

1992

Après le départ en retraite de la propriètaire, l'association est en transaction pour racheter le plus vieux bar de Brest, "le Trou" situé en haut des escaliers de la Madeleine qui relie la rue Saint Malo et la porte du Carpon, entrée des travailleurs métallurgistes des bâtiments des Capucins appartenant à l'arsenal. L'atelier de marionnettes de la troupe Rééépercussions y est installé. Mais la ville use à nouveau de son droit de préemption et rase la mythique guinguette qui avait vu passer plusieurs générations d'ouvriers, de marins, de femmes et d'enfants le 2 décembre 1992. "Après la démolition du Trou, il ne reste plus qu'un grand vide !"

Bar Le Trou-Photo Karine Guillon 1991 Le Trou plus vieux bar de Brest Du passé faisons table rase-Dessin humoristique de JUJU 1993 5/12/1992 Appel à manifestation contre les expulsions

Le passé détruit au bulldozer

3/12/1992_le_telegramme

1993

Les inquiétudes de VIVRE LA RUE

 

1993 - Restauration du n°9 rue Saint Malo et destruction totale par incendie volontaire

La restauration complète de la maison n°9, constituée de 2 niveaux, accessible de la rue au rez-de-chaussée et de la venelle St Malo au 1er étage est enfin achevée cet été 1993. Les enduits de ciment ont été piquetés laissant apparaitre d'ancestrales niches dans les murs de pierre. L'électricité a été installé ainsi que du mobilier. Les cheminées sont ramonées. La venelle dispose encore de toilettes extérieurs à la turc et d'un système de récupération d'eau de pluie pour alimenter deux bacs de lavoir. Un confort sobre mais suffisant !

Un incendie criminel ravage la bâtisse tout juste retapée ! Les pompiers arrivent trop tard ! Tout a flambé jusqu'à la toiture !

Cette maison restera inutilisable jusqu'à la pose de toiture légère en polycarbonate en 2013 mais elle reste inhabitable puisqu'il ne reste plus que les murs !

 

1993 - La ville lance un chantier rue Saint-Malo !

La ville lance un chantier rue Saint Malo 19.10.1993

La rue St Malo sera sauvée 19.10.1993

 

1994 - La ville lance un chantier de démolition sous couvert d'un chantier de préservation du patrimoine urbain annoncé dans la presse !

Un chantier d'insertion SATO est mobilisé pour détruire tous les intérieurs de maisons et ne laisser que quelques murs "pour la mémoire !"

Les ouvriers ne se sentent pas en droit d'expulser manu-militari les artistes occupants des n°1, n°15, n°17 et n°25 et la co-existence dure plusieurs mois.

L'association VIVRE LA RUE avait déjà commencé des travaux de construction de salles de spectacles dans la grande bâtisse n°19 de 4 niveaux surnommé "la grande caserne" bien que le zinc couvrant la volige de la toiture avait été dérobé avant l'arrivée de Vivre La Rue en 1990. Mais le bâtiment pouvait être sauvé par une nouvelle toiture.

La façade du bâtiment du XIXème était légèrement bombé et le chef de chantier SATO pris la décision de la barder de poutres métalliques mises en tension par des cables et des treuilles. Conséquence : La façade s'écroula en plein journée, entrainant dans sa chute la maison n°21 attenante. Un article de presse relate les propos du chef de chantier : "On savait que le mur allait tombé, le tout était de contrôler la chute".

 

Avant démolition du 31.10.1994 Après démolition du 31.10.1994
19 rue St Malo à Brest Recouvrance-avant démolition 1994 19 rue St Malo à Brest Recouvrance-après démolition 1994

Il en est fallu de peu pour que le siège de l'association VIVRE LA RUE au n°17 s'écroule lui aussi pendant les travaux de nivellement au tractopelle. Mireille Cann, présidente de l'association, refusa catégoriquement d'évacuer la zone, obligeant les conducteurs d'engins à mesurer les coups de pelleteuses pour ne pas fragiliser le pignon du n°17.

Un pan de l'histoire s'est écroulé 31/10/1994

 

1995 - Incendie volontaire au 15 rue Saint Malo

La maison n°15 occupée sur 3 étages est incendiée à son tour. Le percussionniste occupant le 1er étage est obligé de sauter par la fenêtre avant l'arrivée des pompiers. Le rez-de-chaussée et le plancher du 1er étage sont détruits par les flammes mais des bénévoles de l'association entreprend des travaux pour reconstruire les intérieurs pour en faire une salle d'exposition et de petits spectacles.

Incendie criminel au 15 rue St Malo le 9/10/1995-Article de presse

1998 - travaux d'évacuation des usées pluviales de la rue du Carpon

Des travaux d'évacuation des usées pluviales de la rue du Carpon, en contre-haut de la colline des Capucins, décide du sort de "la maison du cordonnier" au n°1 de la rue St Malo. La maison de 3 niveaux qui a été aménagé et est alors occupé par une troupe de théâtre sera démoli sur injection de la municipalité pour faire traverser un tuyau rouge d'évacuation qui traverse le terrain du Bar "Le Trou" démoli lui aussi 5 ans plus tôt et le mur arrière de la bâtisse abattue à grands coups de tractopelle.

Démolition du n°1 de la rue Saint Malo à Recouvrance en 1998

D'autres gros travaux d'évacuation des eaux usées de tout le secteur passant par la station de pompage située juste au-dessus des pavés impliquent la pose de buses gigantesques tout le long de la rue St Malo qui sera entièrement dépavée et éventrée d'une tranchée de près de 2 mètres de haut sur 100 mètres de long.

Les façades des bâtisses anciennes sont fragilisées par ces énormes travaux de voirie.

Rue St Malo Brest Recouvrance - Tranchée en 1998

L'association VIVRE LA RUE doit insister pour que soit refait le pavage après les travaux de poses de buses.

Destruction du 1 rue St Malo-1998

2000

Les maisons étant ouverte à tout vent et sans couverture depuis le chantier de 1994, la terre liant les pierres des murs se lessive et des fissures importantes sont apparues. En outre, les racines des végétaux tels que les lierres et buddléias s'immiscent dans les maçonneries.

L'association VIVRE LA RUE surveille l'évolution dangeureuse des dégradations et alerte la ville de Brest pour lancer une intervention urgente pour mettre ces bâtisses anciennes hors d'eau et les sauver d'une mise en ruine imminente, d'autant plus que la rue Saint Malo est devenue sujet de curiosité et que les promeneurs y trouve le réel charme d'un passé brestois disparu.

2002


"MURMURE D'UNE CULTURE - RUE SAINT MALO"
(VidéO 2002)

Petit film tourné pendant la prise des relevés topographiques pour la modélisation 3D de la Rue Saint Malo et du REFUGE ROYAL détruit par un incendie en 1782 (d'après les plans de Choquet de Lindu au XVIIIème siècle) qui présente aussi les projets élaborés par des membres de l'association VIVRE LA RUE.

 

RUE SAINT MALO - Mise en sécurité et perservation des ouvrages
par ARCHIBIO, spécialiste en bio construction, partenaire de VIVRE LA RUE



Consultez le dossier :
Télécharger le dossier(version imprimable)

--------------------------------------------------------------

 

de fin juin 2007 à février 2008
Les gros travaux de gros oeuvre maçonnerie : Un travail de Titan !

Démontages et remontages des pignons menaçant ruines, reprises de fissures et consolidations...
pour des maçonneries fragilisées par trois siècles d'histoire enfin sécurisées...


Clic image pour voir la page et les photos


Compliments admiratifs aux supers maçons Patrick Ségur et son collègue Daniel que nous avons eu le plaisir de cotoyer et de voir travailler pendant 9 mois !
--------------------------------------------------------------

 

Juillet 2008 : Chantier européen volontaire
Construction d'une toiture légère au 7 rue Saint Malo
co-réalisée par LES MAKAKS MEKANIKS - LES FAUSSES NOTES - VIVRE LA RUE et des volontaires Européens

Le nouvel espace couvert est nommé "La Fausse Ô Makaks" et est consacré aux expositions et petites formes théâtrales...

juillet "Recouvrance 2008" " LA FAUSSE AUX MAKAKS"

Ce chantier est stimulé par Gaël Augustin, jeune architecte tout nouvellement diplômé en 2008 (ENSA NANTES) grâce à son mémoire d'étude :
AUTOUR D'UN PLATEAU...Tentative d'étalement d'une situation de projet(s)

toiture légère construite au 7 rue Saint Malo en 2008

--------------------------------------------------------------

 

Février 2009

Sur les recommandations pressentes de l'asso VIVRE LA RUE et son partenaire ARCHI-BIO, la Ville prend enfin en charge des travaux de couverture.

Construction d'une toiture sur les ruines du 19 rue Saint-Malo pour mettre les maçonneries hors d'eau
Réfection de la toiture en zinc du 25 rue St Malo, immeuble datant de 1750 !

--------------------------------------------------------------

 

2011 Mémoire présenté par Marie-Eve Breton comme exigence partielle de la maîtrise en études urbaines, université du Québec à Montreal

2011 MÉMOIRE PRÉSENTÉ par Marie-Eve Breton COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAîTRISE EN ÉTUDES URBAINES, UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL :

LE PATRIMOINE DE PROXIMITÉ EN CONTEXTE URBAIN COMME NOUVEL ESPACE D'IDENTIFICATION COLLECTIVE:
LE CAS DE LA RUE SAINT-MALO À BREST

--------------------------------------------------------------

 

2011

Réaménagements du jardin du 13 rue St Malo baptisé jardin Raymond Novion
D'autres projets sont à l'étude avec notre partenaire ARCHI-BIO.
On recherche des financements pour la réalisation de gros travaux en bio-construction. Qu'on se le dise !!!

--------------------------------------------------------------

 

Décembre 2011

VIVRE LA RUE déplore de très gros dégâts occasionnés par la négligence de propriétaires d'immeubles de la rue du Carpon surplombant les arrières des bâtisses de la rue St Malo !!!
page " Nouvelle catastrophe pour la vieille rue Saint-Malo"

--------------------------------------------------------------

 

Janvier 2012
Des travaux de rénovation indispensables sont entrepris au siège de l'association du 17 rue St Malo :

Une petite équipe de bénévoles s'attaque, enfin, au bureau du 1er étage (Abattement de cloison, enduits et peinture des murs et plafond, construction de plans de travail et d'étagères...) ainsi qu'à la cage d'escalier et la salle d'eau lingerie.

--------------------------------------------------------------

Rue St Malo - Photo Karine Guillon 2012

Rue Saint Malo - Photo Karine Guillon 2012

 

Mai 2012
Chantier participatif d'aménagement d'un parcours et de construction co-éco-citoyenne de la SALLE UN:UN
initié par le collectif ETC dans son "Détour de France"

Plus d'infos sur le site du Collectif ETC : http://www.collectifetc.com/la-salle-unun/
et sur le site de l'asso LA MALOÏNE- page RUE SAINT MALO :
http://lamaloine.vivrelarue.net/Rue_St_Malo.htm

La conception ETC et la construction co-éco-citoyenne de la SALLE UN:UN :

La salle UN:UN from Collectif Etc on Vimeo.

 

Plus d'infos sur le site du Collectif ETC : http://www.collectifetc.com/la-salle-unun/
et
sur le site de l'asso LA MALOÏNE- page RUE SAINT MALO :
http://lamaloine.vivrelarue.net/Rue_St_Malo.htm

--------------------------------------------------------------

 

Juin 2012

Chantier Brest-Québec

(en partenariat avec les compagnons bâtiseurs du Finistère, l'association Vert le Jardin, le BIJ) : Petite maçonnerie, jointoyage, nettoyage, débrousaillage, et ouverture d'un accès des escaliers de la Madeleine au jardin "du Trou".

Quelques éléments en chiffres :
- 12 jeunes (6 français et 6 québécois), deux encadrants techniques
- près de 60 tonnes de terre et de gravas évacuées
- 24 mètres de mur remontés et jointoyés
- 4 semaines de chantier et 13 jours de pluie ...

(Source : https://cbbrest.wordpress.com/2012/07/02/chantier-de-benevoles-rue-saint-malo/)

--------------------------------------------------------------

 

 

Novembre-Décembre 2012 - Janvier 2013

Sous l'impulsion de l'association, "Brest Métropôle Océane" finance 3 gros chantiers :

- Octobre-Novembre 2012 : Chantier construction de toitures légères translucides sur les bâtisses 3, 5, 9, 11 pour mettre les bâtisses "hors d'eau" et réfection de la toiture légère existente du 7 rue St Malo construite lors d'un chantier bénévole en 2008 qui sert de modèle.

- Novembre-Décembre 2012 : Chantier de réfection des toitures en zinc du siège de l'association VIVRE LA RUE du 17 rue St Malo et de la "maison bleue" 15 rue St Malo.

- Novembre-Décembre 2012 et janvier 2013: Chantier de "mise aux normes" (Ville de Brest) et réaménagements (Vivre La Rue) "au COIN D'LA RUE", espace solidaire alternatif du 10 rue St Malo

Voir les photos dans la galerie photo (ici)

--------------------------------------------------------------

 

Février 2013

Réfection d'un mur de soutènement des jardins suspendus à l'arrière entre les n°19 et N°17

par l'entreprise Les Granits Bretons envoyée par la ville de Brest

Voyant arrivés les sacs de ciment, l'association VIVRE LA RUE préconise l'utilisation de chaux pour jointoyer les pierres du mur.

--------------------------------------------------------------

Du 8 au 28 juillet 2013

Le CHANTIER INTERNATIONAL BENEVOLE DES COMPAGNONS BÂTISSEURS
2 jeunes taïwanais, 2 russes, 2 coréens, 2 turques, 1 tchèque (5 filles et 4 garçons) et des brestois, encadrés par nos voisins LES COMPAGNONS BÂTISSEURS du 45 rue St Malo

"Les Compagnons Bâtisseurs, association de chantiers de bâtiment à caractère social, mènent depuis de nombreuses années des actions concrètes dans le domaine de l’amélioration du logement et de l’habitat.
Ces actions collectives sont basées sur la participation, l’entraide et la solidarité."

Le groupe est généralement composé de jeunes internationaux souhaitant participer activement à une réalisation technique de valorisation du patrimoine tout en découvrant une ville, sa région et ses habitants.
Les jeunes locaux peuvent participer activement au projet car le chantier est ouvert aux bénévoles extérieurs, une participation à la vie en collectivité est possible mais s’organise.
La diversité des nationalités apporte une richesse culturelle propre aux chantiers de jeunes bénévoles et ainsi participe au développement des échanges et rencontres entre personnes issus de milieux totalement différents.

Voir le site des Compagnons Bâtisseurs Bretagne, page Chantiers internationaux de bénévoles :
https://cbbrest.wordpress.com/chantiers-internationaux/

--------------------------------------------------------------

 

Rue St Malo - Photo Karine Guillon 2017


Janvier 2014

LE GRAND CHANTIER du nouveau quartier des CAPUCINS impacte le patrimoine historique de la petite RUE ST MALO :

Des experts judiciaires commandités par la Ville de Brest préconisent de "butonner" tous les murs de soutènements à flanc de colline des Capucins par mesure de "sécurisation" afin de déresponsabiliser la communauté urbaine en cas d'effondrements éventuels dûs aux creusements d'excavation gigantesque du futur parking souterrain du plateau des Capucins à quelques dizaines de mètres !
Un kilomètre d'étais obstru dorénavant les terrasses et le parcours passant par la venelle et les jardins qui redeviennent, une nouvelle fois, impratiquables et interdits au public !

Il est important de rappeler que la tâche des volontaires bénévoles amoureux de la rue St Malo avait été très rude pour venir enfin à bout (en mai/juin 2012) des derniers gros blocs de béton, des étais métalliques et grilles condamnant toutes les bâtisses anciennes de la rue, imposés il y a une dizaine d'années, pendant que l'association VIVRE LA RUE et son partenaire ARCHI-BIO bataillaient pour impliquer la ville dans un plan de sauvegarde et de préservation des ouvrages au lieu de condamner les lieux en attendant que tout s'écroule !
Les gros travaux de consolidation de maçonneries pour sauver les bâtisses in-extremis avaient pu être alors réalisés en 2007/2008 par des entreprises commanditées par la ville mais toutes les "sécurisations" devenues inutiles étaient restées en place en entravant l'accès à ces architectures historiques mises en évidence par l'association depuis 1990...(voir la page du collectif ETC pour comprendre la déconvenue de VIVRE LA RUE face à ces nouvelles mesures d'entraves qui défigurent à nouveau les arrières de la rue St Malo et anéantissent les travaux participatifs bénévoles effectués avec fierté en 2012 !)


Images avant et après butonnage, étayage des murs par un kilométre de bois (pin jeune) :

A gauche, état des lieux grâce au travail de longue haleine de l'association,

et, à droite, état des lieux avec les murs butonnés (étayés) en février 2014

Jardin du n°21 rue Saint Malo, à l'arrière de la scène des Beaux Dimanches
Jardin du n°21 rue Saint Malo et ses toilettes publiques reconstruites par VIVRE LA RUE, parcelle 132

Jardin du n°21, étayés après effondrement-glissement de terrain de la propriété privée du 20-22 rue du Carpon, au-dessus
Jardin du n°21, étayés après effondrement-glissement de terrain de la propriété privée du 20-22 rue du Carpon, au-dessus (butonnage de sécurisation 2012-2013)
Le jardin 13-avant butonnage
Mireille Cann et les membres de l'association ont conçu cette espace paysager, replanté après chaque dégradation et entretenu avec amour ce jardin du n°13 rebaptisé "Le jardin Raymond Novion" en hommage à l'artiste né en 1932 et disparu en 2002 qui repose en ces lieux.
Le jardin 13-avec butonnage
Mireille a insisté auprès des ouvriers "éradicateurs de végétaux et butonneurs" pour que soit épargné un palmier, l'olivier du Portugal (qui a fait la route du Portugal à la rue St Malo avec "le jardin nomade" en 2011) et l'avocatier (issu d'un noyau d'avocat bio mangé in-situ)
La passerelle pavée de la venelle St Malo-avant butonnage
La passerelle pavée de la venelle Saint Malo, ouverte au public en 1992
La passerelle pavée de la venelle St Malo-avec butonnage
La passerelle pavée de la venelle Saint Malo,, bardée d'étayages de bois qui la rendent inaccessible au public en 2014
La venelle Saint Malo-avant butonnage
La venelle Saint Malo, ouverte au public et illuminé en 2006 par Act Faltazi
La venelle Saint Malo-avec butonnage
La venelle Saint Malo, bardée d'étayages de bois qui la rendent interdite au public en 2014

La cour 11-avant butonnage
La cour arrière du n°11 et l'accès à la passerelle de la salle UN:UN, projet de parcours et de salle de spectacle co-réalisé en 2012 par le collectif ETC et VIVRE LA RUE

La cour 11-avec butonnage
La cour arrière du n°11 et l'accès à la passerelle de la salle UN:UN, bardée d'étayages de bois qui la rendent inaccessible au public en février 2014
La cour 15-avant butonnage
La cour du n°15 dite "la maison bleue", réfection en mosaïque de la rigole indispensable à l'évacuation des eaux de pluie et de la douche installée en 1995 dans la cabane des toilettes extérieures
La cour 15-avec butonnage
La cour du n°15 dite "la maison bleue", tout a été détruit lors de la pose des étayages de bois, y compris la cabane toilette-douche ainsi que l'évier extérieur alimentés par récupération d'eaux de pluie et seuls sanitaires de la maison bleue !
Les terrasses du n°17, siège de VIVRE LA RUE, avant butonnage
Les terrasses du n°17, siège de VIVRE LA RUE, avant butonnage
Les terrasses du n°17, siège de VIVRE LA RUE, après butonnage
Les terrasses du n°17, siège de VIVRE LA RUE, après butonnage

 

C'est un nouveau coup dur pour la RUE SAINT MALO et VIVRE LA RUE !

Ces saccages expéditifs, sous prétexte de sécurisation des lieux, annihilent des efforts colossaux déployés depuis 1990 pour redonner vie à la rue Saint Malo de manière citoyenne et volontaire !

Cette ténacité a néanmoins permis la « PATRIMONIALISATION D'UN SITE URBAIN PAR UNE ASSOCIATION » (Titre du mémoire de fin d'études d'Adrien Letzelter en Master 2 développement de projets de tourisme culturel 2012).

La RUE SAINT MALO a obtenu, grâce à VIVRE LA RUE, une renommée mondiale pour sa singularité, mais ce combat d'un quart de siècle pour contrer la destruction programmée de cette ruelle pavée authentique des XVIIIème et XIXème siècles, la faire connaître, reconnaître comme patrimoine populaire, la reconstruire, l'aménager, l'entretenir et l'animer. C'est un engagement éprouvant qu'il faut constamment renouveler !

Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues !

--------------------------------------------------------------

 

Du 7 au 27 juillet 2014

CHANTIER INTERNATIONAL jeunes bénévoles,
encadrés par nos voisins LES COMPAGNONS BÂTISSEURS du 45 rue St Malo

--------------------------------------------------------------

 

Décembre 2014 - Janvier 2015

VIVRE LA RUE ALERTE pour la sauvegarde du PATRIMOINE POPULAIRE de la RUE SAINT MALO !

C'est ENSEMBLE que l'on a le pouvoir de la préserver et de la faire vivre !

Nouvelle menace sur le patrimoine bâti, populaire, culturel et artistique de la RUE St MALO !
VIVRE LA RUE doit lancer l'alerte pour préserver la plus ancienne rue de Brest en péril !

Un comité de soutien se forme en urgence (1368 signataires en une semaine) pour garantir la pérennité de ce lieu de promenade intemporel et de ces manifestations culturelles aujourd'hui renommés ! Et, la ville de Brest se sent concernée !

Dénouement amiable ! Une grande et belle porte est construite en mars-avril 2015 dans l'angle du mur de la cour de la Madeleine pour préserver la voie pavée piétonne des passages successifs de camions !

De plus, cette ouverture concorde avec l'axe de la prison désaffectée de Pontaniou offrant un nouveau point de vue intéressant sur le pignon nord du bâtiment.

Mais il a encore fallu un mouvement de contestation rapide et massif pour éviter le pire !


...Plus d'info
Cliquer ici...

--------------------------------------------------------------

 

Juillet 2015

Le CHANTIER INTERNATIONAL jeunes bénévoles de l'été, encadrés par LES COMPAGNONS BÂTISSEURS, est annulé, faute de soutien des collectivités ! Le travail formidable entrepris depuis 2012, notamment les nouvelles maçonneries dans le jardin du vieux bar disparu "le trou", restera inachevé ! C'est vraiment dommage !!!

--------------------------------------------------------------

 

Août 2015

CHANTIER PARTICIPATIF !

L'association VVRE LA RUE fait appel au soutien de tou(te)s les sympathisant(e)s de l'emblématique RUE SAINT MALO, celle que l'on nomme désormais "la plus ancienne rue de Brest, témoin vivant de son histoire d'antan" pour un chantier participatif du 10 au 16 août 2015.

La rue pavée accueille, désormais, depuis cet été 2015, près d'une centaine de visiteurs par jour.

L'état de dégradations des menuiseries et du lieu dit "la Belle Tamisier", suite en grande partie aux vandalismes et effractions répétés, nécessite des interventions urgentes.

Plan relief Brest 1811
Rue St Malo, vallon de Pontaniou et plateau des Capucins

Rue Saint Malo -Photo 2012 Karine Guillon

Rue Saint Malo -Photo 2013 Karine Guillon
 
   

Chacun(e) peut participer à sa manière, soit en étant actif quelques jours ou quelques heures, soit en donnant quelques sous en échange d'une collection de disques anciens, en acquérant quelques mobiliers et objets de style à céder pour la bonne cause, soit en dénichant des matériaux de récupération ça et là ou en démarchant auprès d'entrepreneurs locaux (Bois, portes et fenêtres en bois, chaux, palettes, etc ...), en apportant compétences et idées ... en créant, partageant et diffusant photos, vidéos, peintures, dessins, chansons, mémoires, histoires... qui participent à l'action de communication indispensable à la propagation de l'image attractive de ce petit coin de rue atypique.

Tous dons collectés seront très utiles aux travaux indispensables à réaliser en bio-construction, au plus tôt en cette saison propice, en respectant le cachet ancien de la ruelle pavée, dans une synergie collaborative stimulante, enrichissante, et instructive, et pour apporter une nouvelle dynamique à l'intérêt porté pour le patrimoine populaire commun urbain de ce quartier prioritaire de Recouvrance-Pontaniou-Queliverzan en pleine mutation...

C'est à nous tous, ensemble, d'agir pour la préservation de cette rue populaire chargée d'histoire et d'imaginaire !

Page en cours de construction, ici

--------------------------------------------------------------

 

Août 2015

INCENDIE VOLONTAIRE et DOUBLE CAMBRIOLAGE la nuit même de la fin du CHANTIER VOLONTAIRE !

Du mobilier urbain installé dans la rue par l'association est brulé dans la nuit à l'intérieur de la bâtisse n°9. Outre le mobilier, le feu calcine les linteaux de cheminées sur 2 niveaux (dont les conduits avaient disparus dans la reconstruction de gros oeuvre maçonnerie des pignons en 2007-2008) ainsi que ceux de la salle UN:UN adjacente.

Les volets reconstruits lors de la semaine précédente dans un chantier participatif, pour sécuriser la fermeture du RDC de la Maison Bleue, et en attente de la pose de système efficace de fermeture le lendemain, ont été forcés et la fenêtre défoncée. Tous les outils de chantier, de l'association et des participants au chantier, sont dérobés !

Le siège de l'association au n°17, violé par effraction par l'arrière du bâtiment, est aussi dévalisé sur 2 étages et des portes et fermetures intérieures, posées par nécessité à cause de précédents cambriolages, fracturés, malgré la présence de la présidente de l'association à l'étage supérieur.

Préjudice énorme en une seule nuit !

La police scientifique a procédé à un relevés d'empreintes sur les lieux qui a permis d'identifier un jeune de 19 ans du quartier, et une partie des outils empruntés a été récupérés, mais pas la totalité des objets volés qu'ont dû se répartir le reste de la bande.

Et il faut encore et encore changer les portes et les fenêtres endommagées ...

et la ville de Brest commandite l'entreprise des Granits Bretons pour réparer les dégâts causés par l'incendie ...

--------------------------------------------------------------

 

Janvier et février 2016

CHANTIER VOLONTAIRE !
Gros remerciements à ceux et celles qui donnent leur énergie et leur temps libre !

Pour protéger les bâtisses anciennes de la rue St Malo ouvertes aux vandalismes et dégradations de plus en plus fréquentes, des portes et fenêtres ont dû être fabriquées avec les moyens du bord.

Les aménagements de la salle UN:UN co-conçus et co-réalisés en 2012 sous la houlette du collectif ETC évoluent :
La passerelle UN:UN de la petite salle de spectacle connait d'importantes transformations en mezzanine, protégés des intempéries et plus confortable par l'accès venelle Saint Malo... On en a profité pour restaurer le jointoiement entre les pierres du mur du fond ...

--------------------------------------------------------------

Nuit du 13 au 14 août 2016

INCENDIE VOLONTAIRE !

Un incendie volontaire a entièrement ravagé la bâtisses n°5 de la rue Saint Malo, il ne reste plus que les murs !

C'était la seule maison qui n'avait pas été équipé de portes puisqu'elle abritait l'installation de toilettes sêches double pour la commodité des visiteurs de plus en plus nombreux de la rue St Malo. La toiture en polycarbonate et la charpente de la maison construites en 2013, les linteaux de bois changé en 2008 supportant les pierres autour des ouvertures et des cheminées sont anéantis, et les toilettes sêches qui avaient été reconstruites après un précédent incendie volontaire sont réduites en cendres. Le cadre d'un scooter, probablement volé et incendié là dans la nuit, git au milieu des cendres !
Malgré le fait que des suspects aient été remarqués sur les lieux avant et après l'incendie, la police classe l'affaire sans suite...

--------------------------------------------------------------

Du 23 Août au 3 septembre 2016

CHANTIER VOLONTAIRE !

Les messages de soutien et de sympathie donne du baume au coeur meurtri de VIVRE LA RUE, qui malgré cette nouvelle déconvenue, doit assurer l'organisation des manifestations artistiques et culturelles de septembre (Les Beaux Dimanches 4 et 11 sept. et les journées européennes du patrimoine des 17 et 18 sept.)

Il faut se relever les manches, récupérer des matériaux et outillages et inciter toutes les bonnes volontés pour donner un coup de main à la fabrication de nouvelles structures pour accueillir, comme il se doit, les visiteurs et spectacteurs dans la plus ancienne rue de Brest ...

--------------------------------------------------------------

Novembre et décembre 2016

L'éradication des végétaux !

Sous l'ordonnance d'expertise de la ville, l'éradication des végétaux dans toute la rue a encore une fois mis à mal la faune et la flore qui vivaient dans la rue St Malo...
Les passereaux en migration avaient trouvé refuge et nourriture dans les murs végétaux, les chats chassaient, les escargots bavaient, les araignées tissaient, mais tout a été détruit à grands bruits de tronçonneuses et de débrousailleuses ! Et il n'y a pas que les lierres et les buddléias invasifs qui ont été pris pour cible...

En cette période où plus de 150 visiteurs se promènent dans la rue pavés et ses jardins,des camionnettes des maçons ont occupé plusieurs semaines tout le bas de la rue, pour un chantier de déconstruction et reconstruction d'un pan de mur dans le but d'extraire une encombrante racine de buddléias dans le jardin Raymond Novion dont les plantations, les murets et les dallages de pierre, ont encore souffert.

--------------------------------------------------------------

 

2017

Des réparations prévues suite à l'effondrement subi en décembre 2011, mais à quel prix ?

En décembre 2011, les aménagements d'une terrasse privée de la rue du Carpon s'effondre dans l'arrière cour des 23 et 21 rue Saint-Malo suite à un glissement de terrain. Avec elle, le mur de parpaing qui la soutenait ainsi que l'escalier en ciment de béton attenant s'écroulent, provoquant la chute de pans de murs en pierre faisant parties du patrimoine de la rue.


Photos vue d'en haut 2011 et vue d'en bas 2016

Les travaux de réparation des dégâts causés par l'effondrement de terrain, surplombant le patrimoine de la rue St Malo, ont été évoqués lors d'une réunion entre Vivre La Rue et la mairie de Brest, le 29.11.2016.

Nos inquiétudes sont justifiées.
Difficile de savoir quand le chantier des entreprises commanditées par la ville va commencer, car leur planning n'est pas prévisible.
Les manifestations artistiques organisées par Vivre La Rue sont, elles, déjà programmées en ces lieux.
De nouvelles structures en bois ont été fabriquées en 2016 pour ré-accueillir au mieux les évènements culturels et artistiques dans la rue pavée puisque les temps d'accès au lavoir sont trop restreints et le matériel de l'association qui s'y trouve détruit régulièrement par des vandales de tous âges.
Après de longues transactions, la responsabilité du sinistre de l'effondrement a été partagé entre la ville et la propriétaire du 20-22 rue du Carpon.
Les assurances des deux parties prendront également à charge le coût des travaux de réfection du mur effondré au 21 rue St Malo.
Le maire adjoint de la rive droite annonce que, par souci d'économie, le mur sera reconstruit en béton avec parement en pierres (pour la déco), que la scène construite par Vivre La Rue pour professionnaliser le spectacle vivant dans la rue St Malo en 2006, décorer par des professionnels en 2009-2010, consolider en 2015 lors d'un chantier participatif devra « être foutue en l'air » pour l'accès au chantier. Or, les pans de murs et la dénivellation ne faciliteraient en rien l'accessibilité au chantier et leurs démolitions fragiliseraient tout le mur mitoyen du n°23 admirablement restauré en 2007-2008.

Ce qui signifie, qu'encore une fois, des véhicules et de la pollution sonore à outrance, risquent de compromettre la quiétude de ce lieu chargé d'histoire et le charme des déambulations piétonnes...

Après tous les sinistres de ces dernières années qui amputent la rue Saint Malo de sa substance originelle, ce patrimoine populaire du XVIIIème siècle doit-il subir encore de nouvelles démolitions ?
Qui plus est pour y construire un mur d'apparat en béton en lieu et place du mur en pierre effondré par négligence caractérisée du voisinnage ?

A suivre !

--------------------------------------------------------------


Rue St Malo - Photo Karine Guillon 2017

A partir du 18 mars jusqu'au 17 mai 2017
(Veille de "BREST LA FEST'YVES" fête de la Bretagne)

EN CHANTIER PARTICIPATIF !

Afin d'accueillir au mieux les manifestations artistiques 2017 dans la rue St Malo, et de se donner l'élan d'un grand renouveau de printemps en réaménageant plusieurs espaces dans toute la ruelle pavée, un appel à volontaires motivés et enthousiastes a porté ses fruits et réunit 32 femmes et hommes de toutes générations qui oeuvrent en synergie communicative pour sublimer l'action de réhabilitation du patrimoine populaire commun de "la plus ancienne rue de Brest Recouvrance" commencée en 1990.

Tout le monde est invité à prendre le relais pour faire aboutir les gros travaux en cours :

-Démontage des structures du lavoir construites en 2011(scène, bar, et ce qu'il reste des mobiliers vandalisés et incendiés cet hiver),

-Reconstruction de l'espace scènique et du bar "chez la Belle Tamisier" qui était condamné pour insalubrité depuis 2010,

-Création d'un jardin d'intérieur en espaliers pour plantes fragiles (Reconstruction du n°7 qui a subit un incendie volontaire ravageur en août 2016 et dont les murs de pierre ont été abominablement taggés en février 2017)

-Aménagement de la venelle Saint Malo qui longe les arrières de la rue Saint Malo, du jardin Raymond Novion aux escaliers de la Madeleine

-Re-création artistique du cloisonnage et porte en bois du Pigeonnier (dit aussi le BôBar) pour éviter les pillages et vandalismes récurents

-Désherbage manuel entre les pavés, nettoyage, aménagements pour l'épanouissement des plantes, ...

-Maçonnerie, menuiserie, charpente, couverture, peinture, ...

-Création d'un nouvel espace pour les enfants, ...

-etc, etc, etc ...

Plus il y aura de participants plein d'idées, plus la récupération de matériaux et de matériel sera généreuse, plus on pourra faire de belles et grandes choses ! Qu'on se le dise !

Les nouvelles du 28 avril 2017 : ça bouge, ça réfléchit, ça construit, ça aménage, ça bricole, ça répare, ça conçoit, ça créé, ça va, ça vient, mais c'est pas encore fini...parce qu'il faut du temps pour bien faire et avec plus ou moins de participants motivés disponibles ! Et il n'est jamais trop tard pour rejoindre l'aventure solidaire !

--------------------------------------------------------------

 

Octobre 2017

Des réparations prévues suite à l'effondrement subi en décembre 2011, mais à quel prix ? [suite]

Rue St Malo

Une délégation constituée de l'adjoint au maire en charge du quartier des quatre moulins, Yann Guevel, et de services de la ville de Brest est attendu jeudi 26 octobre 2017 pour parler de la mise en oeuvre des travaux de reconstruction du haut mur de séparation entre la parcelle communale 132 du 21 rue St Malo et la propriété privée du 20-22 rue du Carpon en contre-haut de la colline des Capucins. Les plans et documents du "projet de reconstruction et de confortement des murs de clôture" transmis à l'association préconisent de construire un bloc immense de centaines de tonnes de béton pour conforter les murs effondrés et sont effrayants au regard des défenseurs du patrimoine commun urbain du XVIIIème siècle...

Scène des manifestations artistiques et culturelles de la rue St Malo à Recouvrance Murs effondrés en 2011 et en instance de projet de reconstruction en janvier 2018

--------------------------------------------------------------

Janvier 2018

Un mouvement de MOBILISATION GéNéRALE POUR SAUVER LE PATRIMOINE COMMUN URBAIN ET SES MANIFESTATIONS CULTURELLES 2018 EST LANCé !!!

Invitation réunion 19.01.2018

Suite à un glissement de terrain privé au 20-22 rue du Carpon, en contre-haut de la colline des Capucins, en décembre 2011, qui a entraîné l'effondrement d'un haut mur à l'emplacement du n°21 rue St Malo, parcelle cadastrale 132, propriété de Brest Métropole, un « projet de reconstruction et de confortement des murs de clôture » a été confié par appel d'offre à l'entrepreneur Vinci qui projette de débuter des travaux de « bétonnisation » dès février 2018 pendant plusieurs mois.

Ces travaux, envisagés au mépris de ce patrimoine commun urbain visité par 200 à 500 personnes par jour et de ses manifestations culturelles qui rassemblent de 5000 à 15000 spectateurs par an, sont totalement inadmissibles pour les défenseurs de ces lieux emblématiques et historiques, les milliers de bénévoles, sympathisants, visiteurs, artistes et spectateurs qui ont contribué, depuis 1990, à faire « vivre la rue ».

Depuis cette catastrophe prévisible d'effondrement en 2011, nous avons constitué et régulièrement mis à jour un dossier d'expertise et de préconisations nommé « Dégradations du patrimoine populaire de la rue St Malo à Brest Recouvrance », constitué avec Xavier Barruhet, administrateur de VIVRE LA RUE, architecte spécialisé en bio-construction et référent de la mise en sécurité et de la préservation des ouvrages du patrimoine de la Rue St Malo depuis 2002.

Ce dossier a été envoyé, en janvier 2017, à M. le Maire de Brest François Cuillandre, M. le Président de Brest Métropole, M. l'adjoint au maire chargé du quartier des Quatre Moulins Yann Guevel, et M. l'Architecte des Bâtiments de France, Olivier Thomas.

Depuis 2012, que les projets de reconstruction sont prévus, on nous a toujours promis que les travaux, d'une durée de quatre mois, débuteraient au mois d'octobre, pour ne pas perturber les nombreux visiteurs, touristes, promeneurs et spectateurs des manifestations artistiques et culturelles organisées par notre association.

Des documents et des plans nous ont été transmis in-situ, lors de la réunion du 26 octobre 2017, initiée par Yann Guével, adjoint au maire, accompagné par cinq personnes de différents services de la Ville. Le résultat d'un appel d'offre devait être annoncé en décembre 2017. Ce « projet de reconstruction et de confortement des murs de clôture » ne correspondant en rien à nos attentes et sans aucune nouvelle de la mise en œuvre des travaux, nous avons adressé un courrier évoquant nos inquiétudes justifiées le 3 janvier 2018 à monsieur le Maire de Brest.

Deux jours plus tard, Mireille Cann, présidente de Vivre La Rue, surprenait par hasard, devant les murs à consolider, cinq personnes qui ne se sont pas présentées, et qui projetaient de commencer les travaux en février, durant quatre à cinq mois minimum, ce qui est inenvisageable pour la réalisation de nos projets ! Elle a appris que le groupe Vinci, vainqueur de l'appel d'offre, envisageait de bétonner tout le haut de la ruelle pavée pour créer une zone de chantier interdite au public pour y poser les cabanes de chantier et faire circuler des camions toupies de 35 tonnes indispensables pour couler des centaines de tonnes de béton pour condamner par un énorme bloc de ciment de près de 125m3 la parcelle cadastrale 132 du 21 rue St Malo.

Rue St Malo Rue Saint Malo à Recouvrance

Nous avons adressé un deuxième courrier le 8 janvier 2018 à monsieur le maire de Brest, resté sans réponse.

Une réunion des adhérent(e)s et sympathisant(e)s de VIVRE LA RUE et une conférence de presse pour évoquer les projets de chantiers participatifs et de manifestations culturelles 2018 s'est tenu à l'espace de médiation et d'innovation sociale « au coin d'la rue » le 19 janvier 2018. Face à la gravité de cette situation aberrante, nous avons dû lancer l'alerte pour informer les brestois et rendre publique les revendications au nom du patrimoine commun urbain de « la plus ancienne rue pavée de Brest ».

Nous sollicitons la bienveillante influence de plusieurs vice-présidents de Brest Métropole, pour sensibiliser le conseil de Brest Métropole, afin que les gros travaux qui doivent être entrepris respectent le caractère patrimonial des lieux, et soit, comme promis, réalisés en fin de saison touristique et d'évènements festifs qui attirent plusieurs milliers de personnes dans le patrimoine commun urbain de la RUE SAINT MALO, d'autant que Brest revendique le label « ville d'art et d'histoire ».

Article de presse : http://www.letelegramme.fr/finistere/brest/vivre-la-rue-saint-malo-30-ans-deja-20-01-2018-11820228.php

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Revendications au nom du patrimoine commun urbain
de la « plus ancienne rue pavée de Brest »

suite au dossier d'expertise et préconisations de reconstruction authentique
réalisé par VIVRE LA RUE le 31 décembre 2016

Dégradations du patrimoine populaire de la rue Saint-Malo à Recouvrance
par effondrement de terrain privé du 20-22 rue du Carpon

Nous, l'association Vivre La Rue, ses adhérent(e)s, les volontaires bénévoles et tous les sympathisants de son action de préservation du patrimoine commun urbain de la rue Saint Malo à Brest Recouvrance, demandons :

- que les travaux qui doivent être engagés aient lieu en automne-hiver, en périodes creuses de manifestations culturelles et visites touristiques.

- que le mur effondré soit reconstruit de façon authentique, à l'ancienne et sans mettre en péril son environnement (Cf Dossier effondrement rue St Malo, Brest du 31.12.2016 – Préconisations de reconstruction authentique).

- que les eaux pluviales venant de l'habitation voisine du 20-22 rue du Carpon soient évacuées par une évacuation aux normes, soit par la rue du Carpon ou par la rue St Malo sans mettre en danger la ruelle pavée et ses bâtisses anciennes.

Dans l'hypothèse où les protagonistes décisionnaires ou exécuteurs, représentants la ville de Brest, persistent dans ce choix insensé de construire un mur d'apparat en béton de ciment, en lieu et place du mur en pierre effondré par négligence caractérisée du voisinage (en décembre 2011), au mépris de l'intérêt de préservation du patrimoine de « la plus ancienne rue pavée de Brest » (qui accueille désormais plus de 200 visiteurs par jour et de 5000 à 15000 spectateurs par an lors des manifestations culturelles), nous mettrons tout en œuvre pour lancer l'alerte et protéger ce bien commun qu'est la zone historique de la rue Saint Malo datant du XVIIIème siècle.

Enfin, si à terme, ces murs de béton de ciment étaient construits, en dépit du bon sens, ainsi que la dalle de béton envisagée recouvrant les pavés pour créer une zone de chantier, nous considérerions tous signataires des autorisations responsables de ce nouveau désastre et n'hésiterions pas à mettre en lumière, les démolitions et destructions volontaires répétées commanditées par les autorités depuis 1993, et que l'association Vivre La Rue n'a, hélas, pas pu contrecarrer malgré sa mobilisation indéfectible depuis son installation, en novembre 1990, pour sauver la rue St Malo de sa démolition programmée et faire « vivre la rue ».

--------------------------------------------------------------

29 janvier 2018

NEGOCIATIONS AVEC BREST METROPOLE : SURSIS DANS LE TIMING DES TRAVAUX

LES TRAVAUX SONT REPOUSSES AU MOIS D'OCTOBRE 2018 (jusqu'à mi-février 2019) POUR QUE LES MANIFESTATIONS CULTURELLES 2018 PUISSENT AVOIR LIEUES !

" Voici quelques nouvelles fraiches concernant les travaux prévus Rue Saint Malo. Le matin du lundi 29 janvier 2018, Karine Guillon la médiatrice culturelle et Mireille Cann la présidente de l'asso se sont entretenues avec Monsieur Alain Masson, premier vice-président de Brest Métropole, 2 membres du cabinet du maire et 3 personnes du service Patrimoine-logistique. Notre demande concernant le début du chantier en octobre a été acceptée, nous pouvons donc travailler sereinement sur les évènements 2018 !!! Maintenant soyons vigilants quant à la méthode..." Les travaux devraient avoir lieu du mois d'octobre 2018 à mi-février 2019 (16 semaines + 2 semaines de congés à Noël) Un huissier fera un constat de l'état de la scène des Beaux Dimanches (construites et améliorées lors de chantiers participatifs depuis 2007) avant sa démolition pour qu'elle puisse être reconstruite après le chantier ("mais elle ne sera évidemment pas tout à fait identique !" nous a-t-on dit). Une convention d'occupation du local municipal du 10 rue Saint Malo, où VIVRE LA RUE a ouvert un l'espace de médiation et d'innovation sociale en 2010, devra être établi entre la rue et l'association...

Affaire à suivre !

--------------------------------------------------------------

 

Juillet 2018 - Eradication totale des végétaux dans le jardin suispendu à l'arrière du siège de l'association VIVRE LA RUE !

Le beau Laurus Nobilis (ou laurier d'Apollon) ainsi que le sureau sont tronçonnés par Bro Leon élagage envoyé par la ville de Brest...
La vue offerte sur les terrasses arrières par les fenêtres du 17 rue Saint Malo offre un spectacle de désolation.
Et ce n'est pas la première fois que cet endroit est dévasté notamment par l'abattage des arbres de la propriété privée du dessus et par le butonage (étayage de bastings de bois en sécurisation des murs !!!

   
Les terrasses du n°17, siège de VIVRE LA RUE, avant butonnage
Les terrasses du n°17, siège de VIVRE LA RUE, avant butonnage 2014
Les terrasses du n°17, siège de VIVRE LA RUE, après butonnage
Les terrasses du n°17, siège de VIVRE LA RUE, après butonnage 2014
   

 


 

***

VIVRE LA RUE est une association loi 1901, basée RUE SAINT MALO à BREST en FINISTERE dont l'ambition est d'être un lieu d'épanouissement pour les projets et les individus en favorisant les rencontres artistiques et les propositions pluridisciplinaires comme des vecteurs permettant de renforcer le lien social, la valorisation d'un quartier sensible et la participation citoyenne.

À

Monsieur le Président de Brest Métropole HÔTEL DE METROPOLE
24, rue Coat-ar-Guéven - CS 73826
29238 BREST CEDEX 2

A Brest, le 1er décembre 2018

Objet : LETTRE OUVERTE
Projet de travaux irraisonnés qui menace le patrimoine commun urbain de la RUE SAINT MALO à Recouvrance

 

Monsieur le Président de Brest Métropole,

Nous sollicitons, à nouveau, votre appui pour informer le conseil de Brest Métropole des grosses inquiétudes de l'association VIVRE LA RUE pour l'avenir du patrimoine commun urbain de la Rue Saint Malo à Recouvrance désormais reconnue comme « la plus ancienne rue pavée de Brest » (Constructions authentiques du XVIIIème siècle).

Suite à un glissement de terrain privé au 20-22 rue du Carpon, en contre-haut de la colline des Capucins, en décembre 2011, qui a entraîné l'effondrement d'un haut mur à l'emplacement du n°21 rue St Malo, parcelle cadastrale CN 132, propriété de Brest Métropole, l'association VIVRE LA RUE qui préserve, restaure et anime la rue Saint Malo depuis 1990 et son partenaire Archi-Bio (depuis 2002) ont réalisé une étude complète et transmis, à plusieurs élus de la collectivité, un dossier dont les différents chapitres sont nommés :

- Dégradations du patrimoine populaire de la rue Saint Malo à Brest Recouvrance par effondrement de terrain privé du 20-22 rue du Carpon en décembre 2011-Dossier d'expertise

- Préconisations pour la reconstruction de murs anciens du patrimoine de la rue Saint Malo à Brest Recouvrance suite à l'effondrement occasionné par un glissement de terrain du 20-22 rue du Carpon

par Xavier Barruhet, architecte spécialisé en Bio-construction et référent de la mise en sécurité et de la préservation des ouvrages du patrimoine de la rue St Malo depuis novembre 2002

- Revendications au nom du patrimoine commun urbain de la « plus ancienne rue pavée de Brest»

Cette étude complète et régulièrement mise à jour, réalisée en parfaite connaissance de l'évolution du site préservé par l'association depuis 1990, avait démarré avant même la catastrophe prévisible d'effondrement du mur, entièrement imputable, de notre point de vue, à la négligence caractérisée d'un voisin de la rue du Carpon, responsable de vandalismes antérieurs pour lesquels nous alertions fréquemment la ville de Brest.

Les plans du projet de reconstruction envisagé par le maître d'ouvrage Brest Métropole nous ont été remis lors d'une réunion organisée par Yann Guevel, adjoint au maire du quartier des Quatre Moulins à l'époque, accompagné de cinq personnes, le 26 octobre 2017, dans les locaux de l'association Vivre La Rue.

Le résultat d'un appel d'offre devait être annoncé en décembre 2017.

La maîtrise d’œuvre a été confiée à l'atelier d'architecture et d'aménagement ALAIN CORRE, au bureau d'étude IDEA Ingénierie et au bureau d'études spécialisé dans le béton armé SECOBA DELAMARE.

Ces plans et études techniques projettent la construction d'un coffrage béton de 5,56m de long, 4,25m de large et 4,59m de haut condamnant un tiers de la parcelle CN 132.

Sans vouloir mettre en cause les compétences de ces entreprises qui travaillent dans la construction de bâtiments neufs et d'ouvrages en béton à Brest, il paraît évident que le maître d'ouvrage Brest Métropole ait omis de prendre en compte le caractère atypique et emblématique du site dans le cahier des charges et que ce projet aberrant ne respecte en rien l'incontestable valeur historique de ce rare témoin du Brest d'avant guerre et son architecture de pierres vernaculaire mise à jour progressivement de 1990 à 2012 en s'attaquant péniblement au retrait de tous les ciments de béton qui camouflaient et étouffaient ses pierres, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de toutes les vénérables bâtisses de la rue St Malo construites au XVIIIème siècle.

Ces travaux, envisagés au mépris de ce patrimoine commun urbain visité par 500 à 800 personnes par jour et de ses manifestations culturelles et artistiques qui rassemblent de 5000 à 15000 spectateurs par an, sont totalement inadmissibles, vous le comprendrez, pour les défenseurs de ces lieux emblématiques et historiques, les milliers de bénévoles, sympathisants, visiteurs, artistes et spectateurs qui ont contribué, depuis 1990, à faire « vivre la rue ».

Notre dossier d'expertise et de préconisations nommé « Dégradations du patrimoine populaire de la rue St Malo à Brest Recouvrance », constitué avec Xavier Barruhet, administrateur de VIVRE LA RUE, architecte spécialisé en bio-construction et référent de la mise en sécurité et de la préservation des ouvrages du patrimoine de la Rue St Malo depuis 2002, a été envoyé, en janvier 2017, à M. le Maire de Brest François Cuillandre, M. le Président de Brest Métropole, M. l'adjoint au maire chargé du quartier des Quatre Moulins Yann Guevel, M. le Vice-président de Brest métropole chargé du numérique, de l'économie sociale et solidaire et du développement durable Ronan Pichon et M. l'Architecte des Bâtiments de France Olivier Thomas.

Depuis 2012, que les projets de reconstruction sont prévus, on nous a toujours promis que les travaux, d'une durée de quatre mois, débuteraient au mois d'octobre, pour ne pas perturber les nombreux visiteurs, touristes, promeneurs et spectateurs des manifestations artistiques et culturelles organisées par notre association.

Ce « projet de reconstruction et de confortement des murs de clôture » ne correspondant en rien à nos attentes et sans aucune nouvelle de la mise en œuvre des travaux, nous avons adressé un courrier évoquant nos inquiétudes justifiées le 3 janvier 2018 à monsieur le Maire de Brest.

Deux jours plus tard, Mireille Cann, présidente de Vivre La Rue, surprenait par hasard, devant les murs à consolider, cinq personnes qui ne se sont pas présentées, et qui projetaient de commencer les travaux en février, durant quatre à cinq mois minimum, ce qui est inenvisageable pour la réalisation des manifestations culturelles 2018 programmées par Vivre La Rue ! Elle a appris que le groupe Vinci, vainqueur de l'appel d'offre, envisageait de bétonner tout le haut de la ruelle pavée pour créer une zone de chantier interdite au public pour y poser les cabanes de chantier et faire circuler des camions toupies de 35 tonnes indispensables pour couler des tonnes de béton.

Nous avons adressé un deuxième courrier le 8 janvier 2018 à monsieur le maire de Brest.

Une réunion des adhérent(e)s et sympathisant(e)s de VIVRE LA RUE et une conférence de presse pour évoquer les projets de chantiers participatifs et de manifestations culturelles 2018 s'est tenu à l'espace de médiation et d'innovation sociale « au coin d'la rue » le 19 janvier 2018. Face à la gravité de cette situation, nous avons dû lancer l'alerte pour informer les brestois et rendre publique les revendications au nom du patrimoine commun urbain.

Le 29/01/2018, Mireille Cann, présidente et Karine Guillon, médiatrice culturelle de Vivre La rue ont été invitées à rencontrer Alain Masson, premier vice président de Brest Métropole à l'époque, entouré de Gildas Le Dauphin du cabinet du maire, Bruno Cordat, Daniel Joncqueur et Bruno Larreur du service patrimoine logistique. Après des débats tendus sur la nature du projet béton envisagé, il a été convenu d'un report du chantier d'octobre 2018 et la mi-février 2019 (18 semaines prévues dont 2 de congés) pour que la saison culturelle 2018 de la rue St Malo puisse avoir lieu.

Le 22/03/2018, un nouveau rendez-vous a lieu entre Alain Masson, d'une part, Mireille Cann et Xavier Barruhet, d'autre part.
Ce dernier avait, auparavant, été en contact téléphonique avec Olivier Thomas, architecte des bâtiments de France qui lui avait annoncé des modifications importantes du projet. Le service patrimoine logistique de Brest Métropole dément formellement cette information.

Le 4/06/2018, nouveau rendez-vous sur le site de la rue St Malo :
Il est projeté de procéder à la restauration du n° 25, bâtisse datant de 1730.

Durant le mois de septembre, avant la fin de la saison culturelle, l'intérieur de la maison est entièrement démolie et l'enduit de béton de la façade enlevé fragilisant l'édifice qui attend toujours la pose urgente de nouvelles ouvertures, de jointoyage des pierres à la chaux, de nouvelles poutres et planchers.

Après une belle saison culturelle 2018, l'association appréhende la mise en œuvre du chantier de consolidation du mur effondré.

Elle déplace tous les aménagements construits lors des chantiers participatifs et les plantes qui embellissent le haut de « la charmante ruelle » tant appréciée par les centaines de milliers de visiteurs chaque année. La scène de la rue Saint Malo est démolie le 3/10/2018.

Mireille Cann assiste, de manière impromptue, à plusieurs réunions de mise en œuvre du chantier entre le service patrimoine logistique de la métropole, l'architecte Corre, le représentant de l'entreprise de construction Vinci, un responsable de la sécurité et d'autres personnes qui ne se sont pas présentées. Les discussions tendues entre les parties laissent entendre que rien n'est possible comme prévu et qu'il refaire un nouveau projet qui coûterait plus cher car la nature des sols n'avait pas été pris en compte, ni les normes en matière de sécurité.

La promesse des délais convenus du 1er octobre à mi-février ne pourra pas être tenu puisque rien n'est encore faisable. Et les démolitions de la maison 25 et de la scène de rue laisse un spectacle de désolation qui attriste tout le monde.

L'association VIVRE LA RUE, qui fêtera les 30 ans tout au long de l'année 2019, prépare une grosse saison culturelle dans la plus grande inquiétude.

Vu les conditions insupportables de cette situation abracadabrante, nous souhaiterions que soit reconsidéré nos préconisations pour la reconstruction de murs anciens, projet sensé et raisonnable, à réaliser par des spécialistes du bâti ancien et de vrais maçons, travaillant dans les règles de l'art, un chantier qui serait bien plus facile, moins « invasif », moins bruyant, respectueux du site et qui, en outre, ne perturberait pas les nombreux visiteurs du site historique.

Nous sollicitons votre bienveillante influence, Monsieur le Président de Brest Métropole, pour sensibiliser le conseil de Brest Métropole, afin que les gros travaux qui doivent être entrepris respectent le caractère patrimonial des lieux, au cœur de cette Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP) et soient, soit reporté à l'automne 2019, soit réalisés, comme promis, dans les délais convenus, d'octobre à mi-février et dans les deux cas, avec reconstruction rapide de la scène de la rue St Malo détruite pour permettre à l'association VIVRE LA RUE et ses partenaires de reprendre leurs activités en 2019, d'organiser la saison touristique et les évènements festifs qui attirent plusieurs milliers de personnes dans le patrimoine commun urbain de la RUE SAINT MALO, d'autant que Brest revendique le label « ville d'art et d'histoire ».

Dans l'attente d'un dénouement heureux pour sauvegarder ce précieux « commun urbain » ancien de Brest, veuillez recevoir, Monsieur le Président de Brest Métropole, nos cordiales et respectueuses salutations.

Lettre ouverte signée par
Karine Guillon, Médiatrice culturelle et Chargée de communication bénévole et Mireille Cann, Présidente

VIVRE LA RUE Association 17 rue Saint Malo 29200 BREST RECOUVRANCE
Courriel : asso@vivrelarue.infini.fr - Tel : 02.98.05.04.40 - Site internet : vivrelarue.net

Association relevant de la loi 1901 et de son décret d'application du 16 août 1901
Parution au journal Officiel de la République en date du 30 août 1989. N° 35
SIRET : 379 286 64400024 - APE / NAF : 9499Z
Agrément Jeunesse - Éducation Populaire 29 JEP 06 – 093
Habilitation TIG Ministère de la Justice

 
  AVANT APRÈS
  21 rue St Malo avant démolition scène le 3/10/2018 21 rue St Malo-Parcelle CN 132- Après démolition de la scène le 3/10/2018
  Scène du 21_rue St Malo (Parcelle CN132)- Avant démolition le 3.10.2018

21 rue St Malo-Parcelle CN 132- Après démolition de la scène le 3/10/2018

  25_rue_st_malo-avant_sept.2018 La Taverne - 25 rue Saint Malo (à gauche) - Après démolition intérieure et enlèvement des enduits de façade en septembre 2018. La consolidation de cette vénérable bâtisse datant de 1730 est très très urgente car elle risque maintenant de s'écrouler !
  La Taverne - 25 rue Saint Malo (à gauche) - Bâtisse construite en 1750 - Avant démolition intérieure et enlèvement des enduits de façade en septembre 2018

La Taverne - 25 rue Saint Malo (à gauche) - Après démolition intérieure et enlèvement des enduits de façade en septembre 2018. La consolidation de cette vénérable bâtisse datant de 1730 est très très urgente car elle risque maintenant de s'écrouler !

 

***

Les nouvelles : Échanges de courriels des 17/18 décembre 2018 entre Mireille Cann, association VIVRE LA RUE, et Bruno Cordat, Direction Patrimoine Logistique Brest Métropole.

"Bonjour Monsieur Cordat,

Les travaux prévus pour début octobre n'ont toujours pas commencé.
Nous nous retrouvons dans la même situation qu'en début d'année 2018 avec notre scène en moins (qui nous appartenait et qui a été cassée et jetée à la déchetterie).

Il est évident que les travaux, dont nous contestons plus que jamais la méthode, ne pourront pas débuter en janvier.

Nous souhaitons rencontrer, dans les plus brefs délais, l'élu en charge du patrimoine, afin de reconsidérer ce chantier dans le respect du patrimoine et de l'écologie.

Une lettre ouverte à Monsieur Le Maire, Monsieur le Président de Brest Métropole sera émise sous peu.

Vous êtes aujourd'hui, Monsieur Cordat, notre seul interlocuteur fiable, nous vous en remercions.

Bien cordialement.
Mireille CANN"

_____________________________________________________________

Réponse :
"Bonjour Madame CANN,

...

Je tiens à vous rassurer sur les deux sujets que vous avez abordés dans vos mails d’hier (21 et 25 rue Saint Malo).

Nous allons commencer ces deux chantiers en janvier 2019 pour une fin de chantier fin mars 2019, afin de ne pas perturber vos animations conformément à nos échanges et à notre courrier du 04 décembre. [" ? Quel courrier ? VIVRE LA RUE n'en a pas trace !!!"].

Nous vous ferons parvenir cette semaine le détail du déroulement du chantier situé au numéro 25 pour lequel nous partageons avec vous l’urgence d’intervenir.

Veuillez agréer, Madame, l’expression de mes sincères salutations.

Bruno CORDAT
Le Directeur Patrimoine Logistique
Brest Metropole"

 

***

24/12/2018

VIVRE LA RUE espère un dénouement heureux à cette situation abracadabrante !

L'association fête ses 30 annnées d'existence tout au long de l'année 2019 contre vents et marées pour faire "Vivre La Rue Saint Malo" !

 

 

***

 

30/12/2018

VIVRE LA RUE reçoit un courrier postal de la Mairie de Brest signé de l'adjointe déléguée à la mairie des Quatre Moulins Marie-Paule Creff...

Courrier Mairie-Vivre La Rue du 20/12/2018

...

 

2019

Un autre chantier d'envergure est à l'étude de fin 2017 et en 2018 pour demarrer en 2019 !

L'opérateur de l'eau et de l'assainissement EAU DU PONANT projète de raser et d'enfouir la station de pompage situé juste au-dessus de la zone pavée et attenant à l'espace scènique "la Belle Tamisier" entièrement reconstruit par les bénévoles de l'association VIVRE LA RUE de mars à mai 2018, au 2 rue Saint Malo.

Rue St Malo-Zone d'Aménagement Différé

La nouvelle station de pompage sera enfouie en sous-sol à l'emplacement des garages où sont entreposés le matériel de l'asso et l'atelier qui vont être rasés ! Le mur et le jardin en terrasse du 27 rue Saint Malo disparaisse aussi dans le projet de déplacement. La rue sera éventrée dans toute sa largeur pour le passage des tuyauteries et des buses d'assainissement où sont recueillies toutes les eaux usées du secteur.

Rue St Malo-Zone d'Aménagement Différé

L'immense conifère centenaire qui trône au coin de l'espace "Belle Tamisier" et abrite nombre d'oiseaux sédentaires ou en migration sera, apparemment, sacrifié pour faire place nette.

Rue St Malo-Zone d'Aménagement Différé

Les personnes d'Eau du Ponant chargées de l'étude ont proposé à Mireille, présidente de l'asso VIVRE LA RUE, de donner son avis pour la conception d'un espace vert qui agrémentera l'entrée du patrimoine commun urbain de la rue Saint Malo à l'issue du chantier...

--------------------------------------------------------------

 

***

Septembre 2018

L'association VIVRE LA RUE fêterA ses 30 ANS D'EXISTENCE en 2019 !

Que d'énergie, de labeur et de temps donnés pour redoner aux brestois un magnifique site patrimonial commun vivant, empreint de la nostalgie d'un Brest ancien, et qui renait de chantiers participatifs en fêtes depuis 1990. Témoin de trois cent ans d'histoire, sauvée in-extremis d'une démolition programmée depuis les années soixante, débarassée de plusieurs tonnes d'immondices et de son carcan de ciment qui étouffait ses pierres, réaménagée et végétalisée pour accueilllir des centaines de milliers de passionné.e.s, exalté.e.s par une multitude de manifestations artistiques et culturelles, la RUE SAINT MALO de RECOUVRANCE n'a jamais été tant renommée !

Vivre La Rue- Logo Belle Tamisier

Avec les 2 chantiers d'envergure programmés en 2019-2020 par Brest Métropole et Eau du Ponant, et les importantes modifications "modernisantes" du site de la RUE SAINT MALO à Recouvrance, l'accès à la zone pavée tricentenaire sera compromis pour les 200 à 500 visiteurs journaliers, et les manifestations culturelles et artistiques qui accueillent de 5.000 à 15.000 spectateurs par an, dans ce patrimoine commun urbain qui s'anime aux feux de la fête depuis trois décennies, ne pourront probablement pas avoir lieu en 2019, pour la première fois en 30 ANS !!!

Triste anniversaire en perspective !!!

 

 

Affaire à suivre !...

 
 

. ASSOCIATION VIVRE LA RUE . 17 rue Saint Malo . 29200 BREST Recouvrance . Tel : 02 98 05 04 40 / 06 83 72 50 62 . asso@vivrelarue.net